Ballades et sorties·Nature et environnement

Le salon Vivre nature 2019 à Toulouse

Un peu par hasard, alors que je faisais mes courses dans mon magasin bio habituel, je suis tombée sur une « invitation » (un flyer en fait) pour le salon Vivre nature. Vu que l’entrée était gratuite sur simple présentation de ce bout de papier, je me suis dit « pourquoi pas ? » Je m’attendais vraiment à un salon qui allait traiter de plantes, de jardinage, d’environnement, d’écologie, de bio, de vegan, de zéro-déchet… C’est vraiment ce que j’avais en tête pour ce salon du bio à Toulouse. Je savais qu’il aurait lieu dans le petit hall au fond du parc des expositions, donc je ne m’attendais pas à quelque chose d’extraordinaire mais j’ai parfois eu des bonnes surprises dans le passé.

image

J’y suis allé le dimanche après-midi, seule (je pense vraiment qu’avoir eu de la compagnie aurait mis plus de gaieté à ma visite, mais les choses se sont faites comme ça). J’ai été très surprise de voir le monde que ce salon rassemblait ! Un dimanche après-midi avec de la cohue, certes, mais on pouvait quand même circuler dans les allées. D’un certain côté, ce salon mérite d’être connu et ce serait fantastique s’il pouvait s’agrandir. Un espace librairie plus grand, des espaces de conférences plus agréables, des lieux de restauration plus spacieux, un meilleur éclairage… voilà ce qu’il faudrait améliorer dès l’édition prochaine pour le bien de tous ! Vivre nature est tout de même bien organisé : toutes les personnes avec qui j’ai pu échangé étaient très sympathiques, les stands de la même catégorie sont un près tous rassemblés (compléments alimentaires d’un côté, produits de beauté de l’autre, vins bios ici, associations de protection de l’environnement là-bas…). Vous commencez à connaître mon amour pour les lieux, musées ou autres événements bien « rangés » : là, j’étais donc comblée.

Côté conférence… j’avais regardé le programme au préalable et je savais très bien que cette partie n’était pas pour moi. Il y avait certaines choses très spécifiques et d’autres carrément ésotériques. C’est ça qui m’a le plus dérangée. On trouve pas mal de trucs… hors du commun dans ce salon et honnêtement ce n’est pas ma tasse de thé. Radiesthésisme, traiter les allergies par les pierres, parler aux anges… Les médecines alternatives et autres joyeusetés encore moins scientifiques, très peu pour moi. Et la moitié du salon y est consacré. Je ne vois pas vraiment en quoi ça participe à un mode de vie bio ou nature. A la limite, parle-moi du pouvoir des arbres ou du druidisme, mais les attrape-nigauds que j’ai pu croiser là-bas… Bref, vous avez compris mon avis.

Mais vu la gratuité et la bonne organisation, je me suis dit que je devais passer outre et me concentrer sur ce qui me plaisait. Après tout, il en faut pour tous les goûts. J’ai très vite délaissé les crèmes hydratantes à la bave d’escargot et autre produit miracle à base d’extrait de bidule… je voulais de la NATURE. J’ai testé des poufs, des hamacs, eu un petit cours sur la dynamisation de l’eau, acheté de l’huile essentielle, voulu acheté dix milles épices. J’ai surtout beaucoup beaucoup aimé rencontrer les différentes associations de protection de l’environnement et des animaux. J’ai appris plein de choses sur leurs actions et leurs moyens, j’ai eu des conversations très intéressantes avec eux. Jamais sans ce salon je n’aurai fait le pas d’aller vers ces assos par d’autres biais donc je suis ravie que Vivre nature m’ait permis cela. Rien que pour ça, ça valait le coup.

Un salon en demi-teinte donc, mais je pense le refaire l’an prochain car il y a des exposants très intéressants et passionnés que je ne recroise nulle part ailleurs. Et vous, vous allez dans ce genre de salon ? Lesquels ? Qu’est-ce que vous en pensez ?

Publicités
Ballades et sorties·Nature et environnement·Sport

La forêt de la Bouconne

Les Toulousains la connaissent bien, surtout s’ils ont grandi ici : la sortie scolaire ou avec le centre de loisirs à la forêt de Bouconne est une étape obligatoire pour tout enfant de la Ville rose. Située au Nord Ouest de Toulouse, à une vingtaine/trentaine de minutes en voiture (avec un itinéraire méga-facile), le forêt de Bouconne est un des poumons verts de la métropole toulousaine que je préfère. 2378 hectares de nature vous attendent pour prendre un bon bol d’air et de verdure.

39575478_412227525975211_2519880320703004672_n(1)

Beaucoup de chênes mais aussi pas mal de fougères, des tilleuls, des châtaigniers. En semaine, quand c’est très calme le matin, vous aurez peut-être l’occasion de croiser un lièvre ou un chevreuil. Un petit lac qui ne paie pas mine, des tables de piques-niques par-ci par-là, des parkings discrets mais nombreux – il y a de la place pour tout le monde. Mais ce que je préfère par dessus-tout, ce sont tous ces chemins de promenade, ces sentiers. Il y a vraiment pour tous les goûts et plusieurs randonnées sont même proposées et indiquées, allant jusqu’à dix kilomètres. Le chemin de Compostelle via le GR 653 passe même par là. Mais mon petit préféré bien sûr, c’est le parcours footing de 5 ou 10 km : pour l’instant, je ne connais pas assez bien la forêt pour gambader le nez en l’air en me fiant juste à mon sens de l’orientation, donc je suis les panneaux avec ce parcours guidé. Que c’est agréable de découvrir les bois en courant, le terrain est parfait pour renforcer ses chevilles sans se les fouler… On croise parfois du monde, surtout les dimanches ensoleillés, mais il n’est pas rare de rester seul au monde pendant plus de vingt minutes avec juste le chant des oiseaux pour compagnon.

La Bouconne possède aussi un sentier écologique que je conseille vraiment. Ça monte, ça descend, on traverse des ponts et régulièrement des panneaux nous informent de la faune et de la flore présentes ici : une super ballade à faire en famille. Il y a également un parcours sportif avec 20 agrès et 110 kilomètres de pistes pour les VTT : un vrai régal. La forêt est très bien balibouconnesée, avec une carte, impossible de se perdre. C’est propre, très bien entretenu et il y a de points d’eau dans les plus grands parkings (base de loisir ou entrée de Lévignac par exemple). On y trouve également un grande base de loisirs avec des jeux pour enfants, divers terrains de sports, un centre de loisirs, des salles de conférence et même une piscine ! De quoi occuper vos week-ends, même si personnellement je préfère aller à l’opposé pour m’éloigner de la civilisation !

On m’a également parlé de la forêt de Buzet, un peu plus loin au nord de Toulouse, je pense que je vais me laisser tenter !

Je vous invite à aller faire un tour sur le site internet de la base de loisirs : connaître les randonnées, les infos sur la base de loisirs, les horaires de chasses, l’emplacement des parkings, etc.

Sport

Courir

Depuis presque un an, je cours. Je veux dire : je cours vraiment.

Alors non, je ne cours pas des semi-marathons tous les week-ends. Et oui, pour moi, dix kilomètres, c’est une sortie longue, et elle dure plus d’une heure. Car je suis un escargot du running. Mais je m’en fiche. Maintenant, j’ose me dire coureuse. Puisque, à mon petit niveau physique, c’est beaucoup. Beaucoup d’efforts, de progrès, de régularité. Quelques vraies courses, avec des chronos tous pourris, mais toutes finies avec un grand sourire.

La course à pied a été une vraie découverte pour moi. Quelle surprise aujourd’hui de voir que je préfère m’acheter des bas de compression ou un nouveau legging de running plutôt que des frites ou des cafés triple caramel double crème. Ça a changé ma vie. Aujourd’hui, je mange vraiment vraiment mieux car cela me permet d’être plus performante. J’ai abandonné vingt kilos le long des digues de la Garonne en courant, courant, courant. J’ai redécouvert la forêt de la Bouconne, le Canal du Midi, le Jardin des Plantes, l’île du Ramier, le lac de la Ramée… Quand je vais visiter une nouvelle ville, une nouvelle région, j’emmène toujours mes baskets de course et je programme une matinée de running en mode touriste.

42384386_2270300359868482_5764700268419002785_n(1)

C’est devenu un vrai mode de vie. Je complète avec du renforcement musculaire pour éviter les blessures, de la natation pour remuscler le haut de mon corps, du yoga pour travailler souplesse et respiration… J’ai découvert ou redécouvert des tas d’activités physiques ou sportives car j’ai à présent confiance en moi, et je sais que je peux les faire sans problèmes : grandes randonnées, accro-branche, canoë-kayak, corde à sauter, badminton…

Je pourrais écrire des dizaines de pages sur ce que la course à pied m’a apporté. Sachez juste qu’elle a fait de moi une meilleure personne et m’a permis de me découvrir. La course à pied était salvatrice, un vrai exutoire dans les moments de tristesse et de colère. J’ai appris à dompter ma peur de la solitude, et aujourd’hui j’adore courir en solitaire, me retrouver seule avec moi-même. Il y a pourtant des entraînements où je me force très fort… mais à la fin, on se sent toujours fier de l’avoir tout de même fait ! Je ne me vois plus ma vie sans running, ou tout simplement sans sport.

42861545_361611084381976_7090984291937891533_n

Ballades et sorties

Ballade le nez au vent à la Ramée

Quand on est dimanche, qu’il fait un soleil incroyable, qu’est-ce qu’on fait ? Eh bien, on sort, évidemment ! Mais ne faites pas la même erreur que moi, souvenez-vous bien du mois dans lequel on se trouve et habillez-vous en conséquence. De mon côté, une grosse écharpe et une chaude veste en plus n’auraient pas été de refus tellement le vent était furieux en ce dimanche.

Nous sommes en hiver, et il fait une température glaciale. Les bourrasques surgissent brusquement faisant claquer les feuilles et affoler les canards. Au lac de la Ramée, l’eau clapote si fort qu’on se croirait à la mer. 

IMG_20180225_164143

La Ramée est une immense base de loisir située à Tournefeuille, à deux pas de la Ville rose. Autrement dit un des lieux privilégiés pour les Toulousains qui veulent un peu de nature ou de sport. Et ils étaient nombreux en ce dimanche, en famille, entre amis ou seuls avec les écouteurs. Faire le tour du lac en flânant, un match de foot sur un des terrains, apprendre le vélo ou le roller sur les routes goudronnées, courir d’un pas feutré dans les sous-bois ou le long du canal…

Je connais bien peu la Ramée mais je dois dire que j’aime déjà. C’est vrai, c’est artificiel, façonné par la main de l’homme et les grands amoureux de la nature préféreront des espaces plus calmes et moins cimentés… Mais tout de même quelle chance ! La base de loisir est absolument immense et dispose de tous les équipements sportifs possibles. Nager dans la piscine au bord du lac ou sur la plage aménagée l’été, faire du canoë, du golf, du skateboard ou une course de voitures télécommandées sur la piste prévue à cet effet… Il y a même des espaces spécialement prévues pour faire des barbecues ! Que demander de plus ?

J’ai pris un immense plaisir à me balader autour du lac et dans la forêt, malgré ce vent intraitable ! C’est vraiment un endroit parfait pour la famille. De plus, de grands parkings sont à votre disposition et il y a même un arrêt de bus tout neuf pour y accéder. N’hésitez pas vous même à prendre un bon bol d’air frais à la Ramée 😉