Développement personnel, épanouissement·Nature et environnement

Déconsommation et minimalisme

Déconsommation et minimalisme sont des termes qui commencent à apparaître de plus en plus dans nos médias et qui correspondent réellement à une nouvelle façon de consommer et de vivre. Vivre au plus près de ses réels besoins sans céder aux sirènes d’un capitalisme à tout va, consommer plus intelligemment pour un meilleur cadre de vie, une meilleure santé et une meilleure répercussion pour notre petite planète.

Petit à petit, sans même m’en rendre compte à vrai dire, je suis passée de l’autre côté de la barrière : de la surconsommation (nourriture industrielle, loisirs et resto, vêtements, gadgets électroniques), lors de mes premières années de jeune adulte, à la déconsommation.

La déconsommation, qu’est-ce que c’est ? Ce n’est pas vraiment un but en soi, c’est surtout une tendance économique. On consomme de moins en moins de viande, de plats industriels, de produits d’hygiène, de vêtements, c’est un fait à l’échelle de notre pays. Il n’y a plus de fièvre acheteuse. On voit par contre apparaître un formidable essor du côté des circuits courts et parallèles (AMAP, ou Ruche qui dit oui, succès des halles et autres marchés de plein air, friperie et achats d’occasion…) ainsi que du côté du bio. Le locavorisme (consommer des choses produites près de chez soi) a le vent en poupe. On revient en fait à un savoir-faire et savoir-vivre d’antan, après le boum des Trente Glorieuses, après la vague des centres commerciaux géants. Un réel besoin de contact, d’échange, de partage ressurgit. Un besoin également de savoir ce qu’on achète, pour acheter mieux quitte à acheter moins. Besoin de faire des économies pour certains ou d’adopter un mode de vie plus sain pour sa santé et/ou sa planète pour d’autres.

marchc3a9-7c-630x405-7c-c2a9-otcp-amc3a9lie-dupont-7c-169-11

Les objectifs sont conscients ou non mais ils font du bien – sauf à la grande distribution même si elle essaie de rattraper le coup avec son vrac pas très hygiénique et ses tomates d’Espagne, mais bio donc ça va… Personnellement, je ne réfléchissais pas vraiment à tout ça au début. J’ai commencé par ne plus manger de viande pour finir par passer à une alimentation végétalienne à la maison. Les économies faites de cette façon, j’ai décidé de les réinvestir dans des substituts de viande de bonne qualité pour m’aider dans cette transition et de fil en aiguille j’ai fini par ne manger et consommer que du bio. Puis je me suis dit que le vrac, ça faisait quand même moins de déchet. Qu’en faisant moi-même mes propres produits d’hygiène ou d’entretien, je faisais des économies tout en sachant ce qu’il y avait dedans (dehors le plastique et le chimique!) et ça participait à cette attitude zéro-déchet que je continuais d’acquérir…

Petit à petit, les changements s’opèrent et je ne peux que vous encourager à, tout doucement, tenter l’expérience vous aussi. Au lieu d’acheter vos pommes au supermarché, allez faire un tour au marché bio du coin. Si vous avez vraiment vraiment besoin d’un nouveau pull (on a dit « besoin », hein!), pensez d’abord aux friperies, ou passez chez Emmaüs. Réfléchissez à vos comportements de consommateurs. Vous avez vraiment besoin de cette nouvelle brosse à dent électrique, de cette deuxième cafetière, de cette jupe en jean qui ressemble beaucoup à celle qui traîne déjà dans votre placard ? Et ces trois marques différentes de gâteaux au chocolat dans votre caddie : pourquoi ne pas essayer de faire vous-même vos cookies maison à la place ?

Alors qu’avant, faire du shopping (plus livres que vêtements dans mon cas mais c’est pareil) me permettait vraiment de relâcher la pression, je prends plus de plaisir aujourd’hui à cuisiner mes légumes achetés au producteur à vingt kilomètres de chez moi. Ne vous culpabilisez pas, allez-y à votre rythme. Là, vous êtes peut-être en train de vous demander pourquoi vous devriez vous donner autant de mal pour quelque chose qui ressemble juste à une mode ? Pour faire des économies déjà. Tout bêtement. Faites vraiment vos comptes et voyez tout cet argent qui aurait pu être réinvesti ailleurs, mis de côté pour vos grands projets… Vous devez également le faire pour votre planète. À trop vouloir produire, on l’épuise de ses ressources. La Terre ne pourra pas nous souffrir plus longtemps et nous devons réagir. Si en plus cela vous apporte un meilleur mode de vie… pourquoi attendre ?

Happy woman sitting in meditation pose under "to keep" sign, nexLes plus convaincus basculeront alors du côté des minimalistes. Le minimalisme ne garde que le nécessaire. Une garde-robe capsule avec des vêtements interchangeables par exemple, au lieu de votre penderie pleine à craquer. C’est épuré et paraît-il très bénéfique : on sait enfin où est sa place, on ne perd plus ses journées à courir après les achats. Même si je fais régulièrement de grands ménages chez moi, même si je réfléchis beaucoup plus qu’avant pour acheter quelque chose, je ne suis pas encore minimaliste. Mais l’idée peut être séduisante, c’est vrai.

Et vous ? Vous déconsommez ?

Publicités
Développement personnel, épanouissement·Nature et environnement

Mes accessoires zéro-déchet

On en a déjà parlé sur ce blog : tendre vers le zéro-déchet, c’est quelque chose qui me tient à cœur. Chaque année, un Français produit un peu plus 350kg de déchets de façon direct : vous vous rendez compte ? Et c’est sans compter sur les déchets produits de façon indirecte dans la production et l’élaboration des choses que nous consommons. Le zéro-déchet est un geste pas si difficile que ça, car il suffit de s’en donner les moyens petit à petit. Niveau budget, il faut investir un tout petit peu au départ – et encore, c’est facile de faire de la récup’, – mais après on est tranquille pour des années. C’est important pour moi, car vous pouvez voir de vos yeux, de façon drastique, vos poubelles se remplir de moins en moins vite. Votre geste est visible, concret : c’est pour cette raison que souvent on se prend au jeu… !

J’ai des accessoires favoris pour le zéro-déchet. Certains, je les possède déjà, ils sont testés et approuvés depuis longtemps. Pour d’autres, j’attends de devoir en racheter car je ne suis pas non plus pour le gaspillage (exemple : le jour où je n’aurais plus de rasoirs jetables, j’achèterai un vrai rasoir sur lequel on ne change que les lames), mais ce sont des produits que j’ai repéré depuis longtemps. J’aimerais les partager avec vous car c’est tout simplement un des éléments qui m’a fait commencé le zéro-déchet : les solutions alternatives sont jolies ou pratiques.

Les pots de conservation

IMG_20181124_072631.jpgPersonnellement, je craque pour les pots en verre avec des gros bouchons en liège. Presque tout est accordé chez moi : des graines au riz, en passant par le muesli, la farine ou les protéines de soja texturées, tout y passe. J’achète tous mes aliments secs en vrac pratiquement, il faut bien que je les range quelque part. C’est très esthétique, il faut l’avouer et cela est plus pratique à mon goût : je dose mieux mes ingrédients, je les trouve plus facilement.

Vous pouvez acheter comme moi ces pots en verre en magasin bio, mais aussi chez Hema ou à Ikea par exemple. La récup fonctionne bien aussi : les pots de confiture, les pots de conserve en verre de mamie, les boites en plastique… à vous de voir.

Les sacs en coton

IMG_20181120_184158.jpgAvoir toujours un tote-bag avec soi ou des grands cabas pour les courses et ainsi éviter d’acheter des poches plastiques à la caisse, on y pense assez. De mon côté, j’ai choisi d’aller encore plus loin et de ne plus utiliser de sacs en papier kraft pour le pain, les fruits et légumes, les produits en vrac. Pour cela, j’ai investi dans des sacs en gaze de coton bio (produits pas Ecodis et vendus par Nos mondes alternatifs) et j’en suis vraiment ravie. C’est très léger et ça ne pèse vraiment presque rien – pratique pour la balance. La gaze ne laisse rien passer mais est en même assez transparente pour qu’on voit le produit acheté – pratique quand on passe à la caisse. Ça se lave facilement, c’est tellement simple d’utilisation… Je m’en sers même pour d’autres choses : pour protéger le linge délicat quand je fais tourner une lessive, ça peut servir de sac à goûter ou pique-nique…

Je suis vraiment mauvaise en couture mais vous pouvez totalement faire ça vous-même : il existe plein de tutos gratuits sur internet. Du tissu en coton bio, du fil… ça ne revient pas à très cher !

Les gourdes de compote réutilisables

IMG_20181122_140737.jpgC’est vraiment mon indispensable du moment ! Les gourdes réutilisables pour y glisser ma compote maison – mais on peut aussi mettre des purées, des yaourts, selon vos goûts. Je préfère cuisiner moi-même ma compote, sans sucre ajouté : ça ne me coûte presque rien et c’est tellement meilleur ! De plus, je consommais vraiment beaucoup de gourdes de compotes car très pratiques quand j’étais à l’extérieur. Je m’en servais avant tout pour le sport. Mais ça me fendait le cœur de voir tous les déchets que ça générait. Heureusement, il existe des gourdes lavables et réutilisables, très solides. Pour ma part, j’ai craqué pour l’adorable design de la marque Squooshi.

Gobelet réutilisable et bouteille en verre

Au lieu d’acheter sans cesse des bouteilles d’eau en plastique – même si, heureusement, ça se recycle – il n’est pas difficile de remplir une gourde en inox ou une petite bouteille en verre avec l’eau du robinet. Idem quand on achète son café à emporter : il existe des gobelets ou tasses réutilisables pour ces cas précis, et sinon rares sont les commerces qui refuse de mettre votre café dans votre petit thermos habituel. C’est juste une nouvelle habitude à prendre – et oui, peut-être qu’il faudra passer à un sac à main un peu plus grand pour caser tout ça.

Shampoing, déodorant et dentifrice solides + savon

Remplacer le gel douche et le gel lavant pour les mains par du savon – les meilleurs étant à mes yeux les vrais savons de Marseille et ceux ayant eu une saponification à froid – n’est pas très difficile et on arrive très vite à passer le cap. Je ne peux que vous inviter à être curieux puisqu’il existe beaucoup d’alternatives également pour les shampoings, après-shampoing, déodorants et autres dentifrices. Au début, je suis passer par Lush pour acheter mes produits : ça sent bon, ce sont des produits plutôt pas mal niveau composition, c’est efficace. Par la suite, j’ai préféré aller vers quelque chose d’encore plus naturel et de bio : je suis alors tombée sur les produits Lamazuna. Ce sont des produits bio, vegan, zéro déchet (seul un emballage en carton, donc recyclable, et un bâton pouvant aller au compost pour le dentifrice), fabriqué en France. Ils proposent même de l’éponge de konjac – ça remplacera l’exfoliant –, du beurre de karité solide et des brosses à dents. 

sweet-and-sour-cosmc3a9tiques-solides-lamazuna-bio-cruelty-free-vegan-naturel-2

Les serviettes hygiéniques réutilisables

serviette_hygienique_lavable_dans_ma_culotteOn a tous entendu parler de la cup. Mais, Mesdames, si vous glissez un truc aussi gros là où je pense, surtout à cette période sensible, ne vous tente pas… Eh bien, déjà, je peux vous comprendre, et surtout il existe d’autres alternatives. Pour ma part, je suis plutôt partante pour les serviettes hygiéniques réutilisables qui se clipsent autour de votre culotte. J’ai un faible pour la marque Dans ma culotte : des motifs super originaux, des produits qui durent longtemps. Ça se transporte super facilement en se pliant, c’est super absorbant. Il existe également sur leur site un savon pour nettoyer les tâches que la lessive n’anéantirait pas. (Et pour les jours où vous voulez aller à la piscine sans pour autant passer par la case cup ou éponge, ils vendent également sur leur site des tampons bio.)

Les lingettes lavables

Il en existe pour le démaquillage, mais ce n’est pas vraiment mon rayon puisque je me maquille une fois tous les dix ans… Le léger fond de teint quotidien par sous la douche. Idem pour les lingettes bébés, ça existe aussi. Vous trouverez tout ça très facilement sur internet.

Mais toutes les lingettes jetables existent en version lavables : pour ma part, j’ai renoncé au lingettes attrape-poussière ou désinfectantes jetables pour le ménage de la maison. Je mets tout simplement un produit ménager sur un linge et le tour est joué.

Pour les lingettes intimes, même combat : du produit acheté en pharmacie, un linge propre et doux et ça fait l’affaire. Suffit juste d’y penser.

J’espère que ces accessoires pourront vous aider dans votre quotidien. Il suffit souvent juste d’y penser. Le plus gros paradoxe à mes yeux, c’est – quand on n’est pas assez débrouillard de ses mains pour coudre par exemple, ou quand on veut du neuf ou une marque en particulier – que certains de ses produits sont difficilement trouvables dans les magasins près de chez vous… Ce qui implique donc d’acheter sur internet, de recevoir un colis (emballage = déchets, livraison = arf, l’empreinte carbone). Dans ces cas-là, essayer de jumeler votre commande avec autre chose tant qu’à faire ou motiver des personnes autour de vous pour passer ensemble une seule et même commande.

Chaque petit geste compte, et ne culpabilisez pas de ne pas tout faire. Laissez vous du temps ! Rien que le fait que vous ayez lu cet article car vous étiez peut-être intéressé prouve que l’idée du zéro-déchet fait du chemin dans votre tête.