Boîte à bla·Développement personnel, épanouissement·Miam et glou·Nature et environnement·Sport

Mes bonnes résolutions 2019 : mode de vie et sport

J’adore les bonnes résolutions, c’est vraiment mon truc ! Je sais qu’elles sont dures à tenir, mais dans mon cas, ça fonctionne assez bien – surtout que je commence en général à les appliquer dès décembre, donc… dès maintenant !

Continuer vers le zéro-déchet

dans-le-sacC’est un mode de vie que j’ai commencé à adopter petit à petit depuis trois mois et j’aimerais aller encore plus loin. Ça va surtout passer par plus de recettes maison. J’aimerais préparer moi-même mon liquide vaisselle, ma lessive… Ou alors acheter ces produits en vrac, je sais que c’est possible. J’aimerais essayer cette année aussi de faire moi-même mes laits végétaux.

Tant qu’à faire, j’aimerais faire le grand tri dans mes affaires : pas mal de choses à donner aux bonnes œuvres traînent chez moi et pourraient avoir une seconde vie. Et si j’ai besoin de quelque chose, je chercherais d’abord dans les ventes d’occasion.

Je souhaiterais également – mais pour cet objectif-là, aucune pression – apprendre à mieux bricoler pour essayer de fabriquer plus de choses de mes mains à base de récup.

Passer végétalien même au boulot

Alors ça, c’est mon objectif prioritaire, que je veux réaliser le plus vite !

Toute l’année dernière, sans vraiment m’en rendre compte, j’ai opéré une transition vers le végétalisme. Et j’en suis plutôt contente car c’est passé comme une lettre à la Poste ! Chez moi, je ne fais que du végétalien, que du bio et souvent que du local. Les changements se sont faits petit à petit, sans faire de mal à ma gourmandise ou à mon portefeuille. J’ai réappris à cuisiner avec beaucoup de plaisir, je suis la reine de la congélation et des plats vite faits si jamais je suis trop fatiguée par ma journée de travail pour me mettre aux fourneaux. J’ai découvert plein de nouveaux produits et je me régale.

1497556422_go-vegan-concept-with-lettering-shutterstock_413417941-2

Parfois, au restaurant, je ne mange pas végétalien, c’est vrai. Mais j’ai remarqué que petit à petit, ça venait. La transition là aussi se fait, même si c’est un peu décalé. Mon seul gros problème, c’est le travail. Je travaille avec les enfants le midi, et c’est dans mon contrat de manger avec eux à la cantine scolaire. Alors, oui, j’ai un menu sans viande. Mais il y a quantité de poisson, d’œufs, de lait (tous-les-jours!). J’évite certains produits que j’ai à présent du mal à voir en peinture comme les omelettes, les œufs durs, les yaourts, la chair de poisson… Cependant, malgré ça, c’est incohérent avec le reste de ma vie, et je commence à trouver ça bizarre, je me sens mal à l’aise. Bref, il est temps de changer. Et ma santé me dira merci parce que ces repas à la cantine ne sont pas du tout un modèle d’équilibre alimentaire, ils sont trop gras, de piètre qualité (nutritionnellement, gustativement), répétitifs, évidemment pas entièrement bio/local/de saison, puis conditionnés en barquettes (miam, le bon plastique!)… Autrement dit : même si je ne mangeais pas végétalien, rien que pour ma santé il aurait fallu sauter le pas.

Avoir un objectif sportif et l’atteindre

40433490_671951383173571_4169524246315270144_nCet objectif sportif, il existe. Je l’ai déjà en tête, mais je n’en reparlerai que dans quelques mois, quand le moment sera venu. En attendant cet objectif et surtout le plan d’entraînement qui va avec, je souhaite globalement améliorer ma pratique sportive. Ce qui veut dire côté running : inclure du fractionné et de l’endurance fondamentale chaque semaine, faire du fractionné long (je déteste ça!), continuer progressivement en écoutant mon corps à augmenter l’allure et le kilométrage.

Concernant le yoga, j’aimerais rendre sa pratique plus régulière car je néglige un peu cette discipline, or je sais que ça me fait le plus grand bien. Pour cela, si je vois que j’ai vraiment du mal à m’y mettre, j’avais pensé essayer de faire un challenge spécial yoga.

Dans le même genre : le renforcement musculaire. L’idée de reprendre le fitness me titille de plus en plus. Ce n’est pas mon objectif premier, mais si je pouvais continuer les HIITs et faire plus de renforcement musculaire, mon corps me remercierait. Je sais que ce sera peut-être la résolution la plus dure à tenir car j’ai beaucoup de mal avec le renfo, je suis une tanche en gainage, je ne fais pas deux burpees ou deux pompes d’affilée… une vraie catastrophe. Il faut que je remédie à cela. Si ça pouvait me permettre d’être à l’abri des blessures, de gagner en gainage et de remettre au sport ce haut du corps flagada, ce serait super !

Et dernier point : la natation. J’ai commencé à m’y mettre il y a quelques mois. Des soucis de temps et d’argent ont largement espacé mes séances. Il serait peut-être bon de s’y remettre. Je suis une grande débutante mais je voyais déjà des progrès et des changements physiques avec une seule séance par semaine donc je n’ai aucune raison de ne pas m’y remettre.

Toutes ces résolutions me tiennent vraiment à cœur. Elles forment vraiment un tout pour me permettre de m’épanouir tous les jours. Cela peut peut-être vous sembler beaucoup, mais je pense, comme je vous l’avais déjà dit, que tout n’est qu’une question d’habitude. Et j’ai douze mois devant moi pour que ça devienne justement des habitudes ancrées dans mon quotidien. J’y crois dur comme fer ! Et vous, quelles sont vos bonnes résolutions ?

Publicités
Développement personnel, épanouissement

Comment tenir ses bonnes résolutions ?

Chaque année, ça ne rate jamais : en période de rentrée (septembre et janvier), la salle de sport implose sous le nombre de nouveaux inscrits qui pourtant disparaîtront dans quelques semaines pour la plupart. C’était la vague des bonnes résolutions qu’on ne tient jamais longtemps… pourtant, ça part vraiment d’une bonne volonté, ce sont la plupart du temps de sages décisions qu’on rechignait à prendre. Pourquoi alors est-ce si dur de finalement s’y tenir ?

870x489_resolutions

Pourquoi on ne tient pas ses bonnes résolutions ?

Le meilleur moyen de ne pas les tenir, c’est de faire comme tout le monde et les prendre à son anniversaire, à la rentrée, à la nouvelle année… Car c’est ancré en nous que ce genre de résolutions-là, prise à des dates butoirs (oui, parce que, attention ! On ne les commence que le 1er janvier même si on l’a décidé le 15 décembre!) ne sont pas faites pour tenir. Non, elles existent seulement pour se donner bonne conscience, pour faire comme tout le monde, pour avoir un sujet de conversation…

Pourquoi choisir des moments si chargés en émotions et en changements pour en rajouter une couche par-dessus ? Evidemment que ce sera encore plus dur à tenir de commencer le sport le 1er janvier quand vous êtes déjà découragé de voir la balance vous dire que les excès des fêtes vous ont fait prendre deux kilos. Evidemment que tenter d’arrêter de fumer en plein stress de la rentrée, entouré de fumeurs, ça risque d’être ardu ! Parce que bien sûr les bonnes résolutions du nouvel an ne font pas les choses à moitié : c’est quitte ou double ! On se mettra au sport tous les jours, on va arrêter de manger du sucre raffiné tout de suite. On se met la barre trop haut, pris dans l »euphorie, l’enthousiasme d’une nouvelle année qui commence. Et évidemment, on se casse la gueule.

Se poser les bonnes questions

On l’a vu, se donner de bonnes résolutions, c’est souvent suivre les yeux fermés un mouvement de foule. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, mais au lieu de décider à la va-vite entre les huîtres et la dinde farcie, mieux vaut prendre son temps pour savoir ce que l’on veut vraiment.

Posez-vous, et écrivez votre objectif sur une feuille, un tableau, qu’importe. Par exemple : « Je souhaite arrêter de fumer. » A la suite, mettez les pourquoi, tous les pourquoi : les vôtres, ceux plutôt imposés par la société, les petits, les grands. Exemple : « Pour faire des économies, pour ne pas être essoufflé quand je monte un escalier, pour arrêter de puer la clope froide et avoir mauvaise haleine, pour une meilleure santé, etc. »

Il faut savoir pourquoi vous faites les choses, pour leur donner de la valeur, pour prouvez qu’elles ont un vrai sens pour vous. Ce ne sont pas juste des mots lancés entre potes, c’est un engagement que vous prenez avec vous-même pour être meilleur. Et vous venez de l’écrire de votre main, impossible de faire marche arrière.

Devenir une habitude

Ce qui fonctionne bien aussi avec les bonnes résolutions, c’est cette notion de défi qu’elles impliquent. On se sent invincibles au moment de les prendre, et ça peut même durer quelques jours. Le problème, c’est que les bonnes résolutions ne sont pas un combat titanesque à grand renfort de mental de guerrier. Non, c’est plutôt un processus lent qui va se jouer tous les jours. Il y a aura des hauts, des bas, des moments super faciles et d’autres beaucoup plus compliqués quand bien même on pensait que c’était gagné.

Vous devez acquérir une nouvelle habitude, l’ancrer chaque jour dans votre quotidien, que ce soit faire une séance de sport, trouver un moment pour lire, manger mieux et savoir ce qu’il y a dans votre assiette, etc. Il ne faut pas baisser les bras, ça ne se fera pas en un jour clairement. La clé, c’est de banaliser ce nouvel acte, qu’il ne ressorte plus du quotidien… l’oublier pour faire croire à votre cerveau que « tout va bien, c’est normal » alors qu’un vrai changement dans votre vie a lieu.

Vous êtes plutôt du genre à fonctionner avec des récompenses ? L’un n’empêche pas l’autre : ancrer une habitude comme si rien n’était, pratiquer l’auto-persuasion et gagner quelque chose de l’autre côté. Vous ne fumez plus avec votre café ? Si ça vous fait plaisir, prenez donc un (on a dit « un »!) carré de chocolat avec votre café. Plus qu’une récompense, il s’agira surtout d’un remplacement, d’un palliatif. Assurez-vous de trouver le bon et de ne pas en abuser non plus… Tout est une question d’équilibre.

Je parlais plus haut d’auto-persuasion. Oui, il existe une tonne incroyable de méthodes de la sorte pour vous aider. Par exemple, chaque soir dans votre lit, chaque matin dans le miroir, affirmez à voix haute la chose ce que vous voulez changer. Attention, pas de « J’aimerais boire moins d’alcool », ou « Il faudrait… » ou « Je vais… ». Mais plutôt : « Je bois moins d’alcool ». Vous pouvez également faire appel à la visualisation, vous imaginant serein, resplendissant de santé et souriant en train de dire non à un de vos collègues qui vous propose une cigarette. Si le changement en question vous angoisse, n’hésitez pas à aller farfouiller du côté de la médiation, du yoga, de la sophrologie…

Etape par étape

bonnes-resolutions3Vous n’allez pas tout changer d’un coup, vous n’êtes pas obligé d’opérer un changement radical… et malheureusement, c’est pourtant ce que font ceux qui tentent de respecter leurs bonnes résolutions, et c’est également une des raisons de leur échec. Le changement est un stress en soi, autant le rendre plus doux, moins abrupt en l’introduisant au fur et à mesure dans nos vies.

Souvent c’est assez évident, il suffit d’y réfléchir deux minutes. Reprenons l’exemple de l’arrêt de la cigarette : il suffit de réduire sa consommation journalière ou hebdomadaire, par palier. Chaque semaine, on va un peu plus loin. Il faut accepter d’être patient pour que cette nouvelle résolution s’ancre dans votre vie quotidienne.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, je vous invite encore une fois à prendre un papier et un crayon. En dessous de votre objectif, déclinez ce dernier en plusieurs petits objectifs. Par exemple pour la bonne résolution « perdre du poids » – oui, je prends des exemples bateaux je sais, c’est pour que ça parle à tout le monde –, on peut le décliner ainsi : boire moins d’alcool, manger mieux, faire plus de sport, etc. Et à chaque sous-objectif, on va encore plus loin ! « Manger mieux » devient : arrêter de manger du pain blanc, réduire la quantité de féculents le soir, cuisiner au moins 4 repas par semaine moi-même, ne manger que du chocolat noir et me calmer sur les biscuits, troquer au moins un café sur deux par un thé sans sucre, etc.

Détaillez, détaillez, détaillez. Dans la mesure du possible, donnez des chiffres, des buts précis. Et opérez par étape. Chaque semaine, attaquez-vous à un sous-objectif, choisissez dans ce dernier 2 ou 3 ou 5 buts à atteindre – selon la difficulté, mais soyez honnête avec vous-mêmes ! Et tenez-vous à ces buts toute la semaine. Si ça a été très dur, refaites la même semaine sans rien enlever ni ajouter dans vos buts. Si au bout de la semaine, ça s’est bien passé, si vous êtes content de vous, choisissez en plus d’autres buts à atteindre. Ça prendre du temps mais au fur et à mesure chaque changement deviendra une habitude, chaque sous-objectif sera atteint.

Cela peut prendre quelques semaines ou des mois et des mois… mais si vous êtes rigoureux, si vous ne vous mentez pas à vous-même, si vous vous félicitez/récompensez de temps en temps, ça fonctionnera. Vous atteindrez à terme votre objectif final.

Pourquoi attendre ?

Cet article, je le poste en décembre car je sais que c’est une des périodes phares pour les bonnes résolutions. Mais pourquoi attendre ? Vous voulez vraiment atteindre votre objectif et changer ce quelque chose qui vous embête dans votre vie ? Alors, foncez ! Vous n’avez pas besoin d’une date butoir pour ça, vous êtes meilleur que ça ! Qu’importe la date, ce n’est pas ça qui vous fera réussir. Si vous avez le déclic, n’attendez pas, ne laissez pas passer votre chance, vous êtes prêt, vous l’avez toujours été du moment où vous vous êtes dit « tiens, ça pourrait être ça ma bonne résolution ». Alors, en avant !