Miam et glou·Recettes, Cuisine

Mes sauces végétaliennes pour dips

Le printemps est là ! Enfin ! Avec lui, j’ai retrouvé le plaisir de manger cru, de manger frais. Salades, smoothies, tartinades… Et aussi légumes à croquer. Pour accompagner ces dips, je vous propose deux sauces très faciles à réaliser et aux goûts bien différents, végétaliennes toutes les deux (en attendant que je vous présente la véganaise sur le blog!). Comme d’habitude, je vous encourage à ne prendre que des produits bio, surtout pour les légumes à trempouiller dans les sauces.

IMG_20190324_184718 (1)

Sauce au miso

Ingrédients :

  • 1 cuillère à soupe de miso
  • 2 cuillères à soupe de tahin (purée de sésame)
  • 1 petite cuillère à soupe d’échalote ou ail ou oignon rouge émincé
  • Du yaourt de soja pour adoucir, donc à vous de voir la quantité (personnellement, je mets une à deux cuillères à soupe)
  • De l’eau, juste ce qu’il faut pour avoir la texture voulue

On mixe le tout, on met au frais et c’est fait ! Si vous diminuez l’eau et supprimez le yaourt végétal, ça peut même devenir une tartinade forte en goût.

Sauce au yaourt et ses mille variantes

Ingrédients de base, à mixer selon vos envies :

  • Yaourt de soja
  • Huile (colza, olive, noix…)
  • Sel, poivre
  • Fines herbes fraîches ou sèches (la ciboulette fraîche, c’est la meilleur à mes yeux)
  • Des épices (paprika, mélanges tous faits, curry…)
  • Moutarde, jus de citron, tahin… selon vos goûts

On est généreux sur les quantités, s’il-vous-plaît ! On mixe le tout, on met au frais et voilà ! Ici c’est une sauce à base d’un mélange d’épices « méditerranéen », de l’huile d’olive, de la moutarde, de la ciboulette.

Régalez-vous !

IMG_20190324_185147 (1)

Publicités
Miam et glou·Recettes, Cuisine

Comment remplacer la viande ? Mes recettes maison

Vous souhaitez juste varier un peu ? Moins consommer de viande ou carrément aller vers le végétarisme ou le végétalisme ? Alors, vous vous rendrez vite compte que dans notre assiette occidentale – et je parle là du plat principal –, nous sommes habitués à construire le repas autour de ce morceau de chair animale. Viande, poisson ou crustacé sont servis avec un accompagnement ou une garniture pour compléter l’assiette. A part bien sûr, si on décide par passer par la case lasagne, hachis ou pizza, où il n’y a alors qu’un seul plat.

Dans cet article, je souhaiterais vous partager mes recettes faciles pour remplacer ce morceau de viande animale sans pour autant bousculer vos habitudes : votre assiette aura la même tête que d’habitude grosso modo, elle sera juste végétale. Je n’utilise pas de produits issus de l’exploitation animale dans ma cuisine, mais vous pouvez évidemment mettre du beurre à la place des huiles que j’utilise, rajouter un œuf si vous pensez que la texture sera meilleure… Faites vos tests, changez les ingrédients selon vos envies et petit à petit, vous aurez vos propres recettes. Considérez celles-ci comme des bases, faisables un peu n’importe quand dans l’année car surtout réalisées avec des légumineuses. A savoir que je n’ai pas de four : donc ce ne sont que des choses réalisables sans…

Galettes de lentilles

lentille-corail2Recette ô combien simplissime et juste délicieuse ! Ça se congèle très bien, la texture est parfaite, ça cale bien les grosses faims et je trouve que ça se marie avec pas mal d’accompagnements possibles, voire que ça se suffit à lui-même. Comme d’habitude, je fais les quantités à l’œil.

Ingrédients :

  • lentilles corail ou lentilles vertes
  • épices et/ou oignon
  • maïzena
  • sel
  • huile d’olive

Faire bien cuire les lentilles dans un grand volume d’eau salée. Égouttez. Là, deux propositions : soit vous rajoutez des épices comme le curry, le paprika, le ras-el-hanout aux lentilles corail pour des galettes à l’orientale, soit vous rajoutez un oignon émincé finement et du poivre aux lentilles vertes. Écrasez le tout avec un presse-purée. Recouvrez d’une fine couche de maïzena et mélanger : ajuster la quantité de maïzena pour arriver à une texture épaisse et collante – pas sèche.

Faire frire des morceaux de cette pâte (l’équivalent de deux cuillères à soupe par part) dans une poêle bien chaude avec de l’huile d’olive, 3 minutes de chaque côté. Quand c’est cuit, épongez le gras sur les galettes avec de l’essuie-tout, salez.

C’est prêt !

Steaks hachés de haricots azuki

Qui remplacera n’importe quel steak haché de viande, dans les burgers notamment.

Ingrédients :

  • haricots rouges azuki (une grosse poignée pour un steak haché)
  • oignon rouge (un quart d’oignon de taille normale pour un steak haché)
  • sel, poivre
  • margarine
  • pommes de terre (une petite pomme de terre ou la moitié d’une grosse par steak haché)
  • au besoin, maïzena

haricot-azuki-biologique-chez-tootopoids_resultatFaire cuire les haricots azuki puis égouttez – ça demande du temps attention, on les fait tremper quelques heures dans de l’eau d’abord. Tant qu’à faire en grosse quantité, comme ça vous n’aurez plus qu’à congeler le surplus pour une prochaine fois. Faire cuire à l’eau les pommes de terre puis égouttez. Émincez finement l’oignon. Mélangez le tout avec en plus du sel et du poivre, et écrasez au presse-purée. Si la texture n’est pas assez collante, rajoutez un tout petit peu de maïzena, si la texture est trop sèche, rajoutez un tout petit peu d’huile d’olive. Dans une poêle, faites fondre la margarine puis ajoutez-y la pâte en lui donnant la forme d’un steak haché pas trop épais. Cuire entre 5 et dix minutes de chaque côté. C’est prêt !

Panisse

Un indémodable chez moi, c’est délicieux, facile à faire et tellement bon. Ça se congèle très bien avant cuisson. Attention : il y a besoin d’un temps de repos d’une heure, on doit donc le prévoir ce plat un peu à l’avance.

Ingrédients :

  • 250 grammes de farine de pois chiches (sur une balance ! Avec un verre doseur qui ne tient compte que de la farine de blé, il faut mesurer 350 grammes)
  • 1 litres d’eau
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 gousse d’ail
  • sel

Faire bouillir l’eau avec l’ail, le sel, l’huile d’olive dans une grosse casserole. Quand elle est frémissante, rajoutez-y hors du feu la farine de pois chiches. Donnez un petit coup de mixeur plongeant. Mettez sur feux doux et remuez, remuez, remuez jusqu’à avoir une texture épaisse. Quand c’est prêt, versez dans un moule à tarte, à génoise… huilé. L’important, c’est que la préparation ne fasse pas plus d’un centimètre et demi environ. Laissez reposer au moins une heure au réfrigérateur.

Faire cuire (voire frire!) cette pâte, coupée en forme de bâtonnets, de cercles… comme vous voulez, dans une poêle bien chaude avec beaucoup d’huile. A la sortie de la cuisson, épongez le gras avec un essuie-tout. Salez si besoin.

maxresdefault

Pensez également aux autres alternatives : tofu mariné, tempeh snacké, seitan, protéines de soja texturées… N’hésitez pas à me demander des précisions si vous avez besoin et pensez à me faire des retours si jamais vous testez une de ces recettes. Bon appétit !

Boîte à bla·Développement personnel, épanouissement·Miam et glou·Nature et environnement·Sport

Mes bonnes résolutions 2019 : mode de vie et sport

J’adore les bonnes résolutions, c’est vraiment mon truc ! Je sais qu’elles sont dures à tenir, mais dans mon cas, ça fonctionne assez bien – surtout que je commence en général à les appliquer dès décembre, donc… dès maintenant !

Continuer vers le zéro-déchet

dans-le-sacC’est un mode de vie que j’ai commencé à adopter petit à petit depuis trois mois et j’aimerais aller encore plus loin. Ça va surtout passer par plus de recettes maison. J’aimerais préparer moi-même mon liquide vaisselle, ma lessive… Ou alors acheter ces produits en vrac, je sais que c’est possible. J’aimerais essayer cette année aussi de faire moi-même mes laits végétaux.

Tant qu’à faire, j’aimerais faire le grand tri dans mes affaires : pas mal de choses à donner aux bonnes œuvres traînent chez moi et pourraient avoir une seconde vie. Et si j’ai besoin de quelque chose, je chercherais d’abord dans les ventes d’occasion.

Je souhaiterais également – mais pour cet objectif-là, aucune pression – apprendre à mieux bricoler pour essayer de fabriquer plus de choses de mes mains à base de récup.

Passer végétalien même au boulot

Alors ça, c’est mon objectif prioritaire, que je veux réaliser le plus vite !

Toute l’année dernière, sans vraiment m’en rendre compte, j’ai opéré une transition vers le végétalisme. Et j’en suis plutôt contente car c’est passé comme une lettre à la Poste ! Chez moi, je ne fais que du végétalien, que du bio et souvent que du local. Les changements se sont faits petit à petit, sans faire de mal à ma gourmandise ou à mon portefeuille. J’ai réappris à cuisiner avec beaucoup de plaisir, je suis la reine de la congélation et des plats vite faits si jamais je suis trop fatiguée par ma journée de travail pour me mettre aux fourneaux. J’ai découvert plein de nouveaux produits et je me régale.

1497556422_go-vegan-concept-with-lettering-shutterstock_413417941-2

Parfois, au restaurant, je ne mange pas végétalien, c’est vrai. Mais j’ai remarqué que petit à petit, ça venait. La transition là aussi se fait, même si c’est un peu décalé. Mon seul gros problème, c’est le travail. Je travaille avec les enfants le midi, et c’est dans mon contrat de manger avec eux à la cantine scolaire. Alors, oui, j’ai un menu sans viande. Mais il y a quantité de poisson, d’œufs, de lait (tous-les-jours!). J’évite certains produits que j’ai à présent du mal à voir en peinture comme les omelettes, les œufs durs, les yaourts, la chair de poisson… Cependant, malgré ça, c’est incohérent avec le reste de ma vie, et je commence à trouver ça bizarre, je me sens mal à l’aise. Bref, il est temps de changer. Et ma santé me dira merci parce que ces repas à la cantine ne sont pas du tout un modèle d’équilibre alimentaire, ils sont trop gras, de piètre qualité (nutritionnellement, gustativement), répétitifs, évidemment pas entièrement bio/local/de saison, puis conditionnés en barquettes (miam, le bon plastique!)… Autrement dit : même si je ne mangeais pas végétalien, rien que pour ma santé il aurait fallu sauter le pas.

Avoir un objectif sportif et l’atteindre

40433490_671951383173571_4169524246315270144_nCet objectif sportif, il existe. Je l’ai déjà en tête, mais je n’en reparlerai que dans quelques mois, quand le moment sera venu. En attendant cet objectif et surtout le plan d’entraînement qui va avec, je souhaite globalement améliorer ma pratique sportive. Ce qui veut dire côté running : inclure du fractionné et de l’endurance fondamentale chaque semaine, faire du fractionné long (je déteste ça!), continuer progressivement en écoutant mon corps à augmenter l’allure et le kilométrage.

Concernant le yoga, j’aimerais rendre sa pratique plus régulière car je néglige un peu cette discipline, or je sais que ça me fait le plus grand bien. Pour cela, si je vois que j’ai vraiment du mal à m’y mettre, j’avais pensé essayer de faire un challenge spécial yoga.

Dans le même genre : le renforcement musculaire. L’idée de reprendre le fitness me titille de plus en plus. Ce n’est pas mon objectif premier, mais si je pouvais continuer les HIITs et faire plus de renforcement musculaire, mon corps me remercierait. Je sais que ce sera peut-être la résolution la plus dure à tenir car j’ai beaucoup de mal avec le renfo, je suis une tanche en gainage, je ne fais pas deux burpees ou deux pompes d’affilée… une vraie catastrophe. Il faut que je remédie à cela. Si ça pouvait me permettre d’être à l’abri des blessures, de gagner en gainage et de remettre au sport ce haut du corps flagada, ce serait super !

Et dernier point : la natation. J’ai commencé à m’y mettre il y a quelques mois. Des soucis de temps et d’argent ont largement espacé mes séances. Il serait peut-être bon de s’y remettre. Je suis une grande débutante mais je voyais déjà des progrès et des changements physiques avec une seule séance par semaine donc je n’ai aucune raison de ne pas m’y remettre.

Toutes ces résolutions me tiennent vraiment à cœur. Elles forment vraiment un tout pour me permettre de m’épanouir tous les jours. Cela peut peut-être vous sembler beaucoup, mais je pense, comme je vous l’avais déjà dit, que tout n’est qu’une question d’habitude. Et j’ai douze mois devant moi pour que ça devienne justement des habitudes ancrées dans mon quotidien. J’y crois dur comme fer ! Et vous, quelles sont vos bonnes résolutions ?

Miam et glou·Recettes, Cuisine

Recette : compote maison à base de pommes

1200px-pommes_c3a0_cidre

J’adore les compotes : les fruits cuits se digèrent bien, ça change pour un dessert, un goûter ou un petit-déjeuner. C’est sain (enfin, ça reste du sucre quand même, même si c’est naturellement présent dans le fruit), savoureux. C’est un indispensable quand je fais du sport. C’était donc évident pour moi de vous partager cette recette, un grand basique, mais indémodable.

Honnêtement, c’est d’une facilité déconcertante, vous auriez tort de vous en priver.

Vous pouvez conserver la compote quelques jours au frigo, trois mois au congélateur et encore plus longtemps si vous la mettez en pot avec stérilisation (technique que je ne maîtrise pas du tout donc je n’en dirais pas plus à ce sujet).

Ingrédients :

  • pommes, évidemment. Bio, c’est indispensable, car même si on enlève la peau, cette dernière est tellement fine que les pesticides passent dans le fruit. Dans ma Ruche qui dit oui, je peux acheter par kilos des pommes à cuire bio qui ne coûtent rien. Des pommes moches, abîmées, trop mûres… sont également souvent vendues avec de très belles réductions en magasins bio. Sachant que de bases, c’est un fruit peu coûteux, présent toute l’année car la pomme peut se converser des mois et des mois.
  • autres fruits de saison (mais ce n’est pas obligatoire, on peut faire des compotes 100 % pommes bien sûr=. Mes préférés : la banane (même si, là, difficile de trouver local en France métropolitaine, n’est-ce pas?), abricots, pêches, poires, rhubarbe.
  • cannelle
  • pour les gourmands qui veulent plus de douceur, ou si les fruits choisis sont un peu acides : sucre de canne

compote-de-pommesRecette :

  • Peler les pommes, en enlever le trognon. Couper les pommes en petits morceaux. Idem avec les autres fruits s’il y en a.
  • Dans un casserole, chauffer un fond d’eau. Y ajouter le sucre, si vous avez choisi d’en mettre (en général, j’en mets seulement une cuillère à soupe pour un litre de compote finie, mais c’est à vous de voir selon votre gourmandise).
  • Rajouter les pommes. Saupoudrer de cannelle – quantité selon vos goûts. Bien mélanger.
  • Faire cuire minimum 20 minutes à feu doux, jusqu’à la consistance voulue – avec certains fruits, vous serez obligés de passer par la case mixeur à la fin. Pendant la cuisson, mélanger de temps en temps et rajouter au besoin un petit peu d’eau si ça accroche au fond.
  • C’est cuit : n’hésitez pas à la déguster chaude ! Si besoin, vous pouvez passer un petit coup de mixeur.

Pour info, la compote de pommes faite maison brunit au cours de conservation, et c’est tout à fait normal ! ça n’enlève rien au goût. (Histoire que vous soyez pas surpris si c’est la première fois que vous en faites.)

Bon appétit !

Miam et glou·Recettes, Cuisine

Recette : soupe à l’oignon

bienfaits-des-oignons-hypertension-arterielleVoici une recette simplissime, avec peu d’ingrédients et qui coûte trois fois rien. La soupe à l’oignon est très réconfortante, idéale en hiver. Elle vous réchauffera tout en vous calant bien. Comme d’habitude sur ce blog, c’est une recette végétalienne, mais vous pouvez faire selon vos goûts en rajoutant du fromage ou en optant pour du beurre comme matière grasse.

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 4 à 5 oignons (moyens/gros)
  • un bouillon cube ou 1 litre de bouillon maison
  • de la margarine
  • sel, poivre à votre convenance
  • un petit peu de farine (deux cuillères à soupe maximum)
  • du pain pour le faire tremper dedans, car c’est encore meilleur !

Recette :

  • Faire chauffer le bouillon ou un litre d’eau avec son bouillon cube.
  • Couper en très fines rondelles l’oignon. Quelle torture ! Vous pouvez mettre votre casque de plongée pour l’occasion. Astuce pour ne pas pleurer toutes les larmes de votre corps : utiliser un couteau très aiguisé, passer sous l’eau régulièrement le couteau, la planche à découper, les oignons.
  • Dans une grande casserole, faites fondre la margarine (soyez généreux sur la quantité). Puis y faire revenir les oignons une bonne minute à feu moyen.
  • Verser un tout petit peu de farine sur les oignons, remuez une minute encore.
  • Verser le bouillon sur les oignons. Couvrir et laissez mijoter au moins une vingtaine de minutes (une demi-heure, c’est bien aussi). Remuer de temps en temps, salez et poivrez au besoin.
  • Servir dès que c’est prêt avec du pain qui fera office de croûtons. C’est un vrai délice !

60354_w420h344c1cx2144cy1424Traditionnellement, on met sur la soupe des tranches de pain et du fromage puis on fait gratiner au four. Mais comme je n’ai pas de four et que je ne mange pas de fromage, je m’en passe sans difficulté personnellement.

C’est le genre de soupe qui, en dehors de la découpe douloureuse des oignons, est vraiment idéale pour les jours où le frigo est vide, elle est tellement facile… Ça dépanne, ça nourrit, ça réchauffe. Depuis que je l’ai découverte, j’en use et en abuse. J’espère que cette recette vous plaira !

Miam et glou·Recettes, Cuisine

Mon menu de Noël

Pour Noël, c’est moi qui cuisine cette année – une première. Et avec l’amoureux, on aimerait tester un repas de fête entièrement végétalien. C’est une idée qui nous trotte dans la tête depuis quelques semaines. Chez nous, la transition vers le végétalisme se fait sans vraiment de soucis : à ma plus grande surprise, sans trop de mal, on a réussi à trouver des équivalents au fromage et même à la charcuterie. Nous n’avons pas vraiment eu de problèmes à nous passer de morceaux de viande ou de poisson, idem pour le miel, les produits laitiers, les oeufs. On souhaitait donc aller plus loin.

Voici notre menu pour le réveillon de Noël. Je vais tester les recettes que je ne connais pas encore durant le mois de décembre et vous en ferez un article si le résultat est bon ! Si certains intitulés vous rappellent des produits laitiers, vous vous doutez bien qu’on choisit en fait des alternatives végétales. Je n’ai juste pas envie de le préciser à chaque ligne. Tout sera cuisiné maison ! Ah, et difficulté supplémentaire : je n’ai pas de four, ça réduit le champs des possibles.

Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à me laisser un commentaire !

Apéritif :

  • Bâtonnets de carotte et crème à la ciboulette
  • Tartinade de truffe (seul produit qu’on achète déjà tout fait, c’est tellement bon et à un prix raisonnable. Si vous cherchez une alternative au foie gras, c’est parfait !)
  • Houmous maison (peut-être que je ferais une variante, à voir)
  • Tapenade maison

Entrée :

  • Soupe à l’oignon et croûtons maison

Plat :

  • Steack haché végétal à base de haricots azuki
  • Butternut poêlée au noix
  • Crème de champignons

Dessert :

Un assortiment de mini-desserts (3, mais je ne sais pas encore lesquels je vais choisir).

  • Mini-gauffres (ou mini pancakes, à voir) aux épices de Noël
  • Nice cream aux myrtilles
  • Riz au lait vanille-cannelle
  • Crème chaude au chocolat noir
  • Mousse au citron

J’essaierais également de faire mon propre vin chaud, et peut-être un faux-mage au noix à base de tofu lacto-fermenté.

Hâte de tester toute ces recettes !

Et vous, quel sera votre menu de Noël ?

Miam et glou

Bouillon asiatique végétarien

IMG_20180301_193046Aujourd’hui, je vous propose une recette, la première du blog ! Il faut savoir que de mon côté, sauf parfois en pâtisserie, je fais tout à l’œil côté quantité. Donc ce que je vous propose, c’est un ordre d’idée, à vous d’ajuster selon vos préférences.

Bref, voici ma recette arrangée d’un bouillon asiatique végétarien, pour deux gros bols.

Ingrédients :

  • 200 grammes (pas plus) de vermicelles de riz ou cheveux d’ange
  • 2 cuillères à soupe de sauce soja
  • 2 cuillères à soupe de sauce nuoc nam
  • un demi chou chinois
  • en option (mais c’est très recommandé !) : des algues, du tofu coupé en cubes ou des champignons séchés (1 petite poignée)
  • en option : 2 carottes, deux branches de céleri et un demi radis noir

Recette :

  1. Faire bouillir 1,5 d’eau avec la sauce soja et la sauce nuoc nam.
  2. Couper en fines lamelles les feuilles de chou chinois.
  3. Mettre chou et vermicelles dans l’eau, faire doucement bouillir pendant 10/15 minutes en remuant de temps en temps. C’est le moment d’ajouter les algues, le tofu et/ou les champignons dans le bouillon.
  4. Pendant ce temps, couper finement le céleri branche, râper le radis noir et les carottes. Mélanger ces crudités, vous pouvez les assaisonner légèrement avec un mélange de jus de citron et de sauce nuoc nam.
  5. Verser le bouillon dans de grands bols, ajouter sur le dessus les crudités.

Bon appétit !