Films et séries

Parlons film : Arrietty, le petit monde des chapardeurs

Il fallait bien un jour ou l’autre que je commence à parler des studios Ghibli sur ce blog… J’ai découvert les films de Miyazaki quand j’étais au collège et depuis je ne me lasse pas de cet univers qui m’emporte et me fait rêver. Je suis d’autant plus accro à ceux dont l’esthétique me touche particulièrement : le mélange couleurs froides et chaudes du Voyage de Chiriro, la magnifique lumière de Ponyo sur la falaise le traitement de la nuit et de la forêt dans La Princesse Mononoké… Dans cette catégorie, je dois bien sûr rajouter les décors magiques de grande maison perdue dans la province japonaise d’Arrietty, le petit monde des chapardeurs. Ce film a été réalisé par Hiromasa Yonebayashi, sur un scénario de Hayao Miyazaki qui s’est lui-même librement inspiré du livre de Mary Norton, Les Chapardeurs.

19597854

Arrietty vit avec son père et sa mère. Ce sont des chapardeurs, des petits êtres qui habitent dans les maisons des êtres humains et leur piquent de temps en temps ce dont ils ont besoin – un morceau de sucre par exemple. Ils vivent cachés, leur existence est secrète. Mais le jour où un jeune garçon malade rejoint la maison pour s’y reposer, les choses changent. Leur secret est menacé. C’est aussi peut-être l’occasion de faire une belle rencontre, entre humains et chapardeurs…

arriety6

Difficile de raconter un peu un Ghibli… C’est avant tout l’ambiance et les personnages qui rendent ce film si beau. Il y a un travail magnifique sur l’immensité de la maison humaine pour un chapardeur : les bruits, les volumes des objets… tout a une proportion démesuré. L’univers des chapardeurs – leurs maisons, leurs outils, comment ils partent chaparder… – est sublime, petit bijou d’inventivité et de dessin. Les détails sont soignés et on ne voit pas le temps passé devant ce film magnifique. C’est vif, c’est divertissant, c’est beau. Les personnages ont leur petit caractère : Arrietty est aventureuse et fière, sa mère une grande anxieuse aimant sa famille par dessus tout, la femme de ménage est têtue comme une mule… J’ai adoré cette galerie de personnages !

81522128657364179-secret-world-of-arrietty-banner.full_

La musique est une des autres merveilles de ce film : comme souvent dans les Ghibli, elle est très soignée et colle parfaitement à cet univers. On ressent l’esprit espiègle et courageux des chapardeurs, leurs liens avec la nature – plantes, insectes – avec une musique qui rappelle certaines tonalités irlandaises. Parfait !

Comme vous le voyez, je ne taris pas d’éloges sur ce film : il faut dire que c’est un de mes préférés… Si vous aimez l’ambiance Ghibli mais que vous ne vous êtes pas encore laissé tenter par Arrietty, foncez !

Publicité
Films et séries

Parlons film : Le Nouveau stagiaire (The Intern)

Promis ! Je ne parle pas de ce film parce qu’il vient d’apparaître sur Netflix. En réalité, il s’agit d’un de mes films chouchous que je regarde vraiment souvent. Je ne sais pas vraiment pourquoi il me plaît tant, mais je vais quand même essayer de vous dire ce que j’en pense. Et vous vous en doutez, c’est un coup de cœur.

Sorti en 2015, ce film de Nancy Meyers a pour tête d’affiche Robert De Niro et Anne Hathaway. Peut-être est-ce parce que cette dernière me rappelle agréablement Le Diable s’habille en Prada (que j’adore aussi) que ce film m’a tant plu au premier abord.

the-intern-trailer-2

Jules (Anne Hathaway donc) a créé une start-up au succès incroyable : About the fit, un site internet de ventes de vêtements. En deux ans, son entreprise s’est agrandi vitesse grand V. La boîte a mis en place un nouveau système de stagiaire senior : Ben (Robert De Niro) devient alors l’assistant de Jules. Ce retraité est très attachant, c’est « Monsieur Convivialité ». L’acteur est parfait dans ce rôle.

1-picture11-203Evidemment, Jules est surbookée et elle a des problèmes par-dessus la tête que ce soit avec son entreprise et sa famille. La rencontre avec Ben va étrangement l’aider et une belle relation va se créer entre eux.

C’est plein de bons sentiments, avec des personnages merveilleux, y compris les personnages secondaires. Il n’y a pas de grands méchants, et l’écriture est parfois un peu simple. Mais j’ai trouvé ce film délicieux et sincère : il fait du bien, sans que ce soit une romance ou un drame familial. Ça change de voir le monde de l’entreprise sous cet angle : j’ai adoré découvrir les dessous d’une start-up, c’est incroyablement enthousiasmant ! Et il y a même un côté féministe, très agréable. Bon, et une glorification du travail aussi, ça c’est autre chose.

1059238-anne-hathaway-robert-niro-forment

J’ai aimé tous les décors, la mise en scène fonctionnait bien et les acteurs étaient bien choisis. C’est drôle et émouvant, on ne voit pas les deux heures de film passer.

Je vous le recommande pour les samedis après-midi pluvieux passés sous votre plaid !

Films et séries·Non classé

Parlons série : Aggretsuko

Aggrestsuko est une série que l’on peut trouver sur Netflix, une seule saison de dix épisodes pour le moment. Et c’est une série animée super surprenante, riche en couleurs et rebondissements.

72e86473768f12bb05e54bf484a39a8566e40eb2Cette série japonaise met en scène une panda rousse de 25 ans qui s’appelle Retsuko. Petite employée au service comptabilité d’une firme commerciale, elle vit son travail comme une torture : un patron juste horrible qui la rabaisse et la harcèle, pas vraiment d’amis… Elle essaie d’évoluer dans ce monde, essayant plein de choses pour que ça aille mieux, pour vaincre sa solitude. Elle va faire des rencontres, et des erreurs également… Pauvre Retsuko, on ne peut que l’aimer et s’attacher à elle. Dans un pays comme le Japon, le monde du travail peut vraiment être difficile à vivre, les codes sociaux à tenir peuvent être compliqués et stressants. Et j’ai apprécié de découvrir tout cela aux côtés de Retsuko et ses collègues.

Ah, et j’ai oublié de vous dire : pour déstresser, Retsuko chante du death metal dans un karaoké. Oui, vous avez bien lu.

aggretsuko

Une série étonnante, drôle que j’ai adoré. Ça sort de l’ordinaire, même dans l’univers de l’anime japonais. Au début, on prend ça juste pour de la comédie divertissante sur fond de harcèlement au travail, mais ça va plus loin. Avec ces épisodes courts et peu nombreux, Retsuko évolue, se pose de nouvelles questions, ose ! J’ai tellement adoré la suivre. Aggretsuko est un vrai coup de cœur, à part dans ma longue liste de séries vues et appréciés. J’ai vraiment hâte de découvrir une prochaine saison, même s’il va falloir redoubler d’ingéniosité pour que cette série, en grande partie basée sur le monde du travail, ne soit pas redondante.

dec

Films et séries·Non classé

Parlons série : Hilda

Non, ne me tapez pas ! Oui… Je sais, encore une série Netflix. Mais elle tellement géniale ! Elle est idéale pour cet hiver. Basée sur la bande dessinée du même nom, il n’y a pour l’instant qu’une seule saison.

Hilda, avec sa maman, vient de quitter sa petite maison perdue en plein montagne pour s’installer à Trollbourg. On suit les aventures de cette intrépide petite fille, curieuse pour tout et plus à l’aise avec les trolls, les géants, les elfes et autres créatures qu’avec les enfants de son âge. Heureusement, elle trouve très vite des amis avec qui partager toutes ses péripéties.

735787a9646f34c085bb719cbe945bb9dd354207

Le monde d’Hilda ressemble à la Norvège – techniquement, la Scandinavie à la fin du siècle dernier. Il est féérique et enchanteur, et plaira tous les âges. Elle a un renard-cerf qui s’appelle Brindille, un truc blanc trop choupi et tout doux ! Elle signé un contrat avec un petit elfe pour pouvoir le voir. Elle entraîne sans cesse ces deux amis Frida et David dans des aventures folles, à la découverte ou au secours des créatures les plus diverses – et il en existe des très surprenantes. A son plus grand plaisir, la petite Hilda découvre qu’il y a aussi des tonnes de choses à explorer à Trollbourg ; elle appréhendait la vie en métropole.

2f7f0ad4caa5a18a58ba3f13998ccadd14ce24b5Au-delà des créatures et de cet univers surprenant, Hilda est une série qui a des personnages extraordinaires : ils sont attachants, ont chacun leur caractère propre, et évoluent avec le temps. Le sérieux de Frida, le grain de folie d’Hilda, la maladresse de David… on se prend vite d’affection pour eux, surtout quand ils doutent d’eux, quand ils traversent des épreuves, quand leur amitié est tendue. Ils apprennent à se connaître, ils font des erreurs, ils sont humains : bref, ce sont des enfants ! J’ai très apprécié également la relation entre Hilda et sa mère. Cette dernière lui fait vraiment confiance, mais c’est loin d’empêcher les accrocs.

Sur la forme, j’ai tout aimé également : le trait du dessin, les couleurs et leurs harmonies, le design des créatures et des décors, la musique, le rythme… Rien ne m’a déplu, je crois ! Peut-être parfois des dialogues pas assez travaillés, mais c’est rare.

1047947-silvergate-media-launches-licensing-program-netflix-series-hilda

Cette série est une vraie pépite qui plaira autant qu’aux adultes qu’aux enfants. C’est une invitation au voyage, à la rêverie, à l’aventure, sur les traces de cette petite fille aux cheveux bleus qui n’a pas peur des monstres.

Films et séries

Parlons série : j’aime Kaamelott

Kaamelott a marqué sa génération – la mienne. C’est un fait. Je pourrais regarder les quatre premiers livres en boucle, sans m’arrêtant encore et encore, et à force je les connais par cœur. Mais pourquoi aimons-nous tant Kaamelott ? Voici mes dix raisons qui font que j’adore cette série. [Et j’adore faire des listes, donc attendez-vous à en retrouver de temps en temps !]

giphy1

  1. Pour les références ! Que ce soit les titres des épisodes ou les références encore plus évidentes comme Stargate ou Star Wars par exemple.

  2. Pour l’amour de la bouffe : les épisodes sans voir des personnages becqueter, c’est sacrément rares. Qu’est-ce que cette série donne faim.

  3. Pour les nuances : oui, c’est comique, très comique ! (Je ne parle pas des tous derniers livres bien sûr). Mais pas que. On sent la crise que traverse le royaume, la dépression et la rancœur qui habite Arthur, la colère de Lancelot.

  4. Pour créer des gifs. Avec des citations, c’est mieux.

  5. Pour nos connaissances en géographie. Maintenant, je ne confonds plus Écosse et Pays de Galles.

  6. Pour les décors et les costumes, pour le jeu des acteurs (bon, presque tous). On s’y croirait !

  7. Pour l’ancrage historique : invasion des peuples barbares, relation avec les Romains ou l’Église chrétienne, fédération des clans…

  8. Parce que les coiffures des dames de la cour ❤

  9. Pour la réinterprétation des druides, de leur magie et des grandes figures comme Merlin par exemple : la régalade.

  10. Pour les acteurs invités, le temps d’un épisode : un vrai plaisir que de les croiser ici !

Et vous, quelles sont vos raisons d’aimer Kaamelott ?

giphy

Films et séries

Parlons série : Atypical

Vous voulez une série à s’enquiller rapidement, qui va vous faire vibrer au rythme de ses personnages attachants et vous faire sourire ? Dites bonjour à Atypical.

atypical-netflix-serie-autisme

Encore une série Netflix – oui, désolée, j’y suis abonnée et très franchement je ne regarde plus la télévision classique, donc va falloir vous y habituer…. Décidément il y a vraiment de bonnes choses à y voir (souvenez-vous de Riverdale).

atypical-serie-netflix-annonce-saison-2-1Atypical, c’est à la fois une comédie et un récit initiatique, celui du jeune Sam Gardner, qui a un trouble du spectre autistique. Cela peut se traduire par une angoisse quand il y a trop de bruits ou de monde, mais surtout : Sam ne communique pas de la même façon que les autres. Il ne connaît pas ou maîtrise mal les codes sociaux, se rassure quand il peut noter les règles pour chaque comportement. Et surtout – mon point préféré – il est passionné par les manchots.

Sam et sa famille vivent dans le Connecticut. Et l’histoire débute quand celui-ci leur annonce qu’il veut avoir une petite amie : il en a parlé à sa thérapeute Julia, c’est ok. A partir de là, on suit la vie de Sam mais aussi celle de sa famille – ses parents et sœur Casey. Au fil des épisodes, on comprend vite que Sam est en quête d’indépendance. Les découvertes qu’il fera chaque jour sur lui-même, les déconvenues qu’il rencontrera vont pousser tous ses proches à réfléchir sur leurs propres vies et erreurs.

xatypical-season-21-640x213qv1535752429-pagespeed-ic-v2mga_3skd

C’est beau, c’est humain. C’est traité avec beaucoup de sensibilité, sans lourdeur, sans mélo. C’est complètement addictif. Tous les personnages sont attachants à leur manière. Et même si certains font de lourdes erreurs, même si certains sont dans le déni, chaque épreuve les fait avancer.

Cette série m’a appris beaucoup de choses sur les troubles du spectre autistique (même si ce dernier est tellement large justement qu’on y trouve tout et son contraire), et elle pousse à plus d’ouverture et de patience. Le personnage principal est vraiment passionnant. Je n’aurais pas pensé être si pressée de suivre les aventures simples d’une famille. Mais c’est qu’il s’en passe des choses ! Attention, rebondissements à chaque saison !

atypical2Je ne suis pas une spécialiste – loin de là – mais à mon petit niveau, je trouve les acteurs très bons, la réalisation (bien qu’un peu trop saccadée parfois) très bien. Les décors, la lumière, rien à redire, rien de trop. On vous plonge tout de suite au plus près des personnages, c’est après tout le cœur même de l’histoire.

Je débute encore dans la critique de contenus audiovisuels et je n’y connais que peu de choses, mais là je vous parle avec le cœur : cette série est formidable, humaine, sincère, bouleversante et drôle à la fois. Elle comporte pour l’instant deux petites saisons : foncez ! Vous ne regretterez pas !

Films et séries

Parlons série : Riverdale

Depuis que Netflix est entré dans ma vie, je suis devenue accro. Il y a du bon et du moins bon dessus, c’est vrai. On tire sur la corde et ça ne réussit pas toujours – encore et encore des séries de super-héros – mais il y a aussi et surtout de vraies perles.

7039606d13dcb4a97eae0847ec23030a

Riverdale fait partie de ces bonnes surprises. Pendant de nombreux mois, je n’ai pourtant pas été attirée par cette série que je croisais souvent : ça me semblait être une série pour ado avec beaucoup trop de néons et d’histoires d’amour. Et quand j’ai appris que c’était tiré du dessin animé Archie, j’ai fait une tête bizarre. Finalement la curiosité l’a emportée et j’ai plongé dans cette série.

Alors oui, il y a des ados, des histoires d’amour et des néons, mais c’est loin d’être tout ! L’action se passe à Riverdale (pas de surprise). Betty, Archie et Jughead sont amis au lycée de la rive nord (le côté aisé de la ville, à l’opposé du Southside, où règnent les Serpents). Veronica, dont le père a été envoyé en prison, vient d’emménager ici et rejoint leur bande. Mais ce n’est pas de tout repos : la ville est en effervescence. Un adolescent est mort, et cette disparition cache bien des mystères.

Amours interdits, secrets de famille, danger, tromperie, sentiments bousculés, découverte de soi-même, gang et problèmes familiaux… Cette série regorge de surprises, et on entre très vite dans la boucle. J’ai enchaîné les épisodes à grande vitesse, chaque épisode me laissait sur ma faim, je voulais en savoir plus.

Au-delà de ça, ce qui m’a le plus bluffée, c’est cette écriture incroyable des personnages : ça reste des adolescents, c’est sûr. Les relations amicales et amoureuses sont importantes. Mais ils ne vivent pas n »importe où : ils habitent à Riverdale où les morts, les dangers, les menaces, la corruption, sont nombreuses. Et cela les touche de plein fouet. Ces personnages ne sont pas de simples potiches : ils ont une vraie profondeur psychologique, ils évoluent. Ceux qui ont vu quelques épisodes par exemple seront bien d’accord avec moi si j’évoque Cheryl… On la déteste, puis on la plaint, puis on l’admire et tout ça à la fois.

Les acteurs sont bons :  je n’y connais pas grand chose, mais il me semble qu’ils jouent très bien. Et en plus… mais qu’ils sont beaux ! Ces acteurs sont sublimes ! Bien sûr, ils font un peu plus âgés que de petits lycéens, mais ça ne m’a pas vraiment dérangée.

riverdale-casting

Côté photographie et réalisation, je suis bien loin d’être une experte également, mais je trouve les couleurs, les décors magnifiques et bien choisis. Mais j’imagine que cela dépend de chacun. Les scénarios sont très bien trouvés, même si ça fait beaucoup pour une petite ville, pour ces simples ados. J’ai presque fini la saison 2, et je peux vous confirmer que cette série reste excellente même après la saison 1 ! Il faut juste l’accepter et se laisser porter. Et la magie opérera.